rcpburundi.org

Par la probité et le civisme battissons un Burundi meilleur

Accueil > burundi > Quand le pouvoir temporel se confond au pouvoir spirituel

Quand le pouvoir temporel se confond au pouvoir spirituel

mercredi 20 septembre 2017, par webmaster

i. Résumé exécutif

Le Burundi vit une crise politique depuis 2 ans due au boulimie du pouvoir de Nkurunziza et les membres de son parti CNDD-FDD qui n’ont pas voulu donner un autre candidat aux élections présidentielles de 2015.Ce comportement a eu des conséquences néfastes sur l’évolution du pays dans tous les domaines. Des violations graves des droits de l’homme sont commises depuis avril 2015 et conduisent aux dérives dictatoriales du pouvoir. Pour montrer au monde extérieur que la situation s’est normalisée ,le pouvoir à travers le parti CNDD-FDD ,les jeunes imbonerakure affiliés à ce dernier, les partis politiques proches du pouvoir et les organisations dites de la société civile ont adopté une stratégie de faire les manifestations pour contester tout rapport ou résolution tendant à dénouer la crise burundaise .A coté de ces manifestations, les autorités politiques et administratives profitent de tout événement pour faire la propagande et semer la haine et la zizanie entre le peuple burundais mais aussi annoncent le candidat aux futures élections de 2020. Ces manifestations sont organisées uniquement par le pouvoir et ses acolytes mais aucune autre formation politique ou société civile n’a ce droit ; même celle qui tente est empêchée par les autorités locales .C’est le cas du parti politique RANAC (Rassemblement National pour le Changement) qui a vu sa réunion arrêtée par les imbonerakure et le chef de zone Kizuka en commune Rumonge.
Dans ce rapport du mois d’août 2017, le Réseau des Citoyens Probes (RCP) s’est intéressé sur les grandes manifestations organisées par le pouvoir, les organisations dites de la « société civile » ainsi que les grandes rencontres et événements organisés par les autorités politiques et administratives comme les travaux communautaires, la fête communale, les croisades organisés à Gitega par le parti CNDD-FDD et l’inauguration des permanences du parti CNDD-FDD.
Les autorités du pays ont organisé plusieurs marches manifestations au niveau national ou local. L’objectif était soit de soutenir le gouvernement dans ses actions, de commémorer certaines dates marquant la vie du parti CNDD-FDD ou du pays mais aussi de faire l’éloge de Nkurunziza.
Les manifestations organisées par les autorités du pays ont donné l’occasion à ces derniers de prononcer des discours de haine contre tous les opposants mais aussi contre les organisations de la société civile et certains pays comme le Rwanda, la Belgique et l’Union Européenne.
La fête dédiée à la commune célébrée au niveau des chefs lieux de toutes les communes ou autres lieux choisis par l’administrateur a été une occasion de rencontre des membres du parti CNDD –FDD qui vivent en dehors de la commune avec les résidents.
Cette journée sensée être une occasion d’évaluation de l’étape franchie au niveau du développement a été changée en une journée de propagande et d’injures des hautes autorités du pays et des administrateurs communaux à l’endroit des opposants et de certains pays européens. L’exemple est celui du président de l’Assemblée Nationale Pascal Nyabenda qui a accusé les européens de freiner le développement en prenant les sanctions contre le gouvernement mais aussi en semant la division entre les Burundais en utilisant ceux qu’il a qualifié de traitres.
L’administrateur de la commune Cankuzo, Nyadwi Innocent quant à lui est revenu sur ceux qui veulent usurper l’indépendance du Burundi et par conséquent freiner le développement. Son discours montre à suffisance que la fête communale était une occasion au parti CNDD-FDD de semer la haine dans la population en montrant que ceux qui ne sont pas leurs membres sont toujours de mauvaise foi, ne veulent pas un développement du pays.
Le rapport revient aussi sur la prière œcuménique organisée par le parti CNDD-FDD à Gitega en commune et province Gitega. Pendant trois jours, les cadres du parti CNDD –FDD et toute autorité issue de ce parti se sont rencontrés à Gitega pour une prière dite de remercier le Dieu. Ce rassemblement a vu la participation des représentants de l’Eglise Catholique, Mgr Simon Ntamwana , de l’Islam, Saidi Kajandi et le représentant du parti CCM (Cama Ca Mapenduzi) de la République Unie de Tanzanie.
Pendant sa prière d’ouverture, Mgr Simon Ntamwana s’est mis dans la peau des membres du CNDD-FDD pour implorer le pardon de Dieu là où ils ne se sont pas bien comportés durant les jours de leur règne surtout pendant ces moments de crise.
Quant au Président Pierre Nkurunziza, il a précisé que Dieu a reçu favorablement les demandes des participants « muri aya masengesho y’amashimwe,Imana yakiriye ibisabisho vyacu,yarumvise ugutakamba kwacu,yarabonye amarira y’abarundi » mais aussi il a mis en garde tous ceux qui croiront à l’autre paix sauf celle émana de son dieu.
Ainsi, ces croisades ont été une occasion pour les membres du parti de demander pardon mais aussi de renouer les relations avec Dieu raison pour laquelle Nkurunziza a demandé aux organisateurs d’implanter une pierre de 3 tonnes à ce lieu qui sera leur témoin dans l’avenir. Cette aussi une occasion de remercier Nkurunziza en lui présentant diverses offrandes constituées de l’argent, des vivres, des vaches et des moutons.
Le rapport insiste également sur les manifestations de démonstration de force organisées à Gitega par les jeunes imbonerakure au lendemain des croisades .Comme c’est devenu une habitude, les jeunes en provenance de toutes les provinces du pays se sont donnés rendez-vous à Gitega pour montrer à la communauté internationale qu’ils sont forts et capables de tout. Ces manifestions étaient encadrées et supervisées par les dirigeants de la ligue au niveau nationale et le secrétaire nationale du parti, Général Evariste Ndayishimiye et Pierre Nkurunziza.
Dans son discours de soutien aux imbonerakure, le secrétaire national du parti, Général Evariste Ndayishimiye a fait savoir que celui qui veut détruire le pays passe par la jeunesse ( Abashaka gusambura igihugu bahera mu rwaruka). Il a continué en disant que celui qui lutte les jeunes Imbonerakure alors qu’ils sont les plus nombreux au Burundi n’a aucun autre objectif que de détruire le Burundi ( Umuntu arwanya imbonerakure kandi azi neza ko arizo nyishi mu Burundi,nta kindi abashaka atari ugusambura Uburundi ). Ici le secrétaire veut attirer l’attention des imbonerakure en les garantissant qu’ils sont nombreux et qu’il ne faut pas avoir peur, ils sont intouchables.
Les ligues affiliées à certains partis au pouvoir comme en République Démocratique du Congo, en Tanzanie, au Congo Brazzaville, en Turquie, au Sud soudan ont répondu à ces manifestations et ce qui est étonnant c’est qu’ils ont affirmé que les imbonerakure vont être le modèle des jeunes représentés alors qu’ils sont qualifiés comme milice.
Le rapport met en évidence également les différentes cérémonies d’inauguration des permanences du parti CNDD-FDD en province Gitega , Rutana et Rumonge respectivement dans les communes Gishubi,Gitanga et Burambi.
En effet, l’inauguration des permanences du parti CNDD-FDD au niveau des collines est devenue un outil de propager l’idéologie du parti mais aussi raviver la haine ethnique entre la population. C’est aussi l’occasion de faire la propagande et intimider les opposants du parti au pouvoir comme transparait dans les discours prononcés pendant l’ouverture de ces permanences. Les messages qui sont transcris sur ces permanences en disent plus lorsqu’ils rappellent les différentes dates noires qu’a connu le Burundi. Les dirigeants du parti au pouvoir profitent aussi de ces occasions pour lancer des messages à l’endroit d’une institution jugée ne pas soutenir le gouvernement. C’est le cas du secrétaire général du CNDD-FDD qui a profité de l’inauguration de la permanence de Gitanga pour s’en prendre au HCR en l’accusant d’empêcher les réfugiés de rentrer.

En conclusion, aujourd’hui il est difficile de distinguer les manifestations publiques des autres événements comme les simples réunions organisées par les cadres du parti CNDD-FDD ou les membres du gouvernement, les travaux communautaires ou tout simplement les simples célébrations festives comme l’inauguration des permanences du parti CNDD-FDDD le démontre. Ainsi, le RCP émet des recommandations à l’endroit du :

 Gouvernement :

  • Laisser la population vaquer à ses activités ;
  • Ouvrir l’espace public à tous les partis politiques et la société civile ;
  • Redresser le comportement des jeunes du parti CNDD-FDD ;
  • Arrêter de propager les discours de la haine ;
  • Punir les récalcitrants.

 Parti CNDD-FDD :

Les cadres du parti CNDD-FDD devront soigner leur langage lorsqu’ils s’expriment devant leurs membres.

0.Introduction

Au cours de cette crise qui secoue le Burundi, les manifestations sont devenues une monnaie courante. A chaque fois qu’il y a un rapport d’une organisation internationale ou nationale, le gouvernement organise une marche manifestation pour contester le contenu de ce dernier tantôt ce sont les organisations dites de la société civile, tantôt les membres du CNDD-FDD qui organisent ces manifestations. Mais le point commun de ces manifestations est les slogans et les chansons scandés qui montrent la haine. Alors que les partis de l’opposition n’ont pas le droit de faire des manifestations ou des réunions publiques, le parti CNDD-FDD organise des manifestations, des inaugurations des permanences jusqu’aux collinaires. Dans ce rapport du mois d’août, nous nous sommes focalisés sur l’inauguration des permanences du parti CNDD-FDD, la prière œcuménique organisée par ce même parti et les manifestations de démonstration de force de la jeunesse de ce parti les imbonerakure.

1.Manifestation du 4 août 2017 du CODIP pour contester les résolutions de l’Union Européenne.

Vendredi, le 4 août 2017, le CODIP (Collectif des Organisations pour le Développement Intégré de la Population), une organisation de la société civile, a organisé une marche manifestation dans la province de Ngozi au stade AGASAKA. L’objectif de cette manifestation était de montrer la colère que les membres de cette coalition avaient contre les résolutions que le parlement européen ne cesse de prendre « à l’encontre du Burundi ». Alors que la marche manifestation était organisée par une association de la société civile, le discours d’accueil a été prononcé par la conseillère économique du gouverneur de Ngozi, madame Diane Manirakiza . Dans son discours, madame la conseillère a invité les participants d’avoir un esprit patriotique, d’envoyer leurs enfants dans les travaux organisés pendant les vacances source de développement. Elle n’a pas manqué aussi de rappeler à la population qu’elle doit contribuer financièrement aux élections de 2020 et cela en réponse à l’appel du Président Pierre Nkurunziza et le compte no 1110 /267 est ouvert à la banque centrale. Le président du CODIP monsieur Déo Habonimana quant à lui a demandé aux participants d’aimer leur patrie pour le développement et d’observer la loi partout.

2.Célébration de la journée nationale dédiée à la commune du 5 août 2017

Le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique organise chaque première semaine du mois d’août la journée consacrée à la commune. Cette journée a été célébrée dans toutes les communes du pays le 5 août pour cette année. Le discours a été rédigé par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique et a été prononcé dans toutes les communes par les administrateurs communaux. Dans son discours, le ministère a rappelé que ce sont les natifs et les amis de la commune qui sont les premiers à développer leurs communes. Les ressortissants communaux doivent impérativement contribuer au développement communal. La journée dédiée aux communes est une occasion où les natifs font une auto-évaluation pour toutes les œuvres entreprises dans leur commune natale. Dans ce même discours, le ministère a rappelé que la population est la première bénéficiaire du développement communal raison pour laquelle elle ne doit pas compter sur des aides étrangères pour développer leur commune. Cette journée est devenue une occasion pour faire la propagande d’autant plus que les participants sont à majorité les membres du CNDD-FDD ou des partis satellites.
2.1Célébration de la fête communale en commune Mwumba province Ngozi

Samedi le 5 aout 2017, la famille présidentielle s’est jointe à la population de la commune Mwumba pour célébrer la journée dédiée à la fête communale. Dans son mot d’accueil des invités, l’administrateur de la commune Mwumba, monsieur Emmanuel Ndayizeye a remercié les participants et a fait savoir que le choix de la plaine de Vyegwa était lié au projet de développement en cours de réalisation qui est la construction d’un marché moderne dans cette localité. L’administrateur a prononcé le discours de circonstance envoyé par le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique qui s’articulait sur l’origine et le bien fondé de cette fête communale. Il a également primé ceux qui se sont donnés dans le développement de la commune surtout les membres de la diaspora burundaise vivant au Canada et en Australie. Le chef de l’Etat quant à lui dans son discours, s’est réjouit que la fête communale est intervenue pendant que la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire du Burundi. D’après le Président Pierre Nkurunziza, la cohabitation entre toutes les couches de la population est bonne. Le président de la république a promis dans ce même discours la revue à la hausse de six millions destinés aux communes afin que ces dernières puissent réaliser les projets de développement.

2.2 Célébration de la fête dans la commune Mpanda en province Bubanza
A Mpanda, les cérémonies ont été rehaussées par le président de l’Assemblée Nationale monsieur Pascal Nyabenda natif de cette commune. Dans son discours, monsieur Pascal Nyabenda a remercié les natifs de cette commune pour les chantiers réalisés et ceux en cours. Mais comme d’habitude, il n’a pas manqué d’accuser les pays européens d’être un obstacle au développement en prenant des sanctions contre le Burundi. Il se contrarie lui-même en ajoutant qu’il faut que ces européens sachent que les burundais sont vigilants et capables de s’organiser autrement pour se développer. Il a continué à les insulter en disant qu’ils ne se fatiguent pas pour essayer de détruire le Burundi en passant par les traitres c’est-à-dire les burundais de mauvaise foi pour déstabiliser le pays en divisant le peuple burundais (kubacanishamwo) pour qu’ils arrivent à leurs intérêts non bénéfiques au peuple burundais. Les invités à la fête ont partagé le repas traditionnel avec la population.

Figure 1 : Le Président de l’Assemblée Nationale se sert du repas traditionnel.
Il est insensé, voire honteux pour un président de l’Assemblée Nationale, lors d’une fête communale, de prononcer un discours de haine devant la population au lieu de dire des projets de développement. Cela montre que les propos de haine tenus toujours par la jeunesse du CNDD-FDD, les imbonerakure lors des manifestations sont bien préparés par leurs supérieurs.
2.3 Célébration de la fête communale à Cankuzo.
Dans la commune de Cankuzo, la fête a commencé par un défilé des jeunes Imbonerakure, des femmes à majorités paysanne et de certains commerçants. Notons que certains commerçants ont participé par force de peur de payer une amande pour avoir boycotté cette fête. L’administrateur communal monsieur Nyandwi Innocent a repris le discours envoyé par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique et chaque fois articulait sur le slogan « Turiyamirije abashaka kutunyaga intahe y’ukwikukira,twijukire ibikorwa vy’iterambere » (nous nous insurgeons contre ceux qui veulent prendre en otage notre indépendance et mettons en avant les travaux de développent).
Qui sont-ils ceux qui veulent prendre en otage l’indépendance du Burundi ? Le discours de l’administrateur montre à suffisance que la fête communale était une occasion au parti CNDD-FDD de semer la haine dans la population en montrant que ceux qui ne sont pas leurs membres sont toujours de mauvaise foi, ne veulent pas un développement du pays. C’est un langage divisionniste que le CNDD-FDD utilise dans ses discours.
Concernant les projets réalisés, monsieur Gaétan Bwampamye le président du conseil communal a parlé de la construction des écoles surtout des métiers et la distribution des 33 tonnes de haricots aux familles vulnérables. Au point de vue politique, une bonne cohabitation politique et une parfaite convivialité caractérisent la population de Cankuzo, a-t-il ajouté. Une bonne cohabitation au moment où les membres des autres partis politiques n’osent pas faire des réunions ou même être connus comme un partisan d’un parti politique autre que le CNDD-FDD.

2.4Célébration de la fête communale à Muyinga.

En commune Muyinga comme dans les autres communes du pays, la fête a été organisée sur la colline Rusengo en présence des natifs et résidents.
Le discours essentiel du jour a été prononcé par l’administrateur communal ,Philippe Nkeramihigo où il a invité les participants à la fête à se réjouir que le gouvernement issu du parti CNDD-FDD est le premier à avoir institué cette journée nationale des communes où les natifs et résidents de ces communes se rencontrent pour évaluer l’année écoulée et proposer d’autres innovations à faire pour que leurs communes respectives soient les meilleures ou tout au moins parmi les meilleurs. Il a invité la population présente à répondre massivement aux travaux de développement communautaire, le seul moyen sûr d’aboutir à un développement intégral de leur commune. Il les a également invités à s’associer en coopératives ou aux autres associations de production car, dit-il, « nyamwigendako ntarimira impeshi ».

3.La prière œcuménique organisée par le parti CNDD-FDD du 16 au 18 août 2017 à Gitega

Le parti CNDD-FDD a organisé une prière de trois jours d’action de grâce dans la province de Gitega au centre du pays. Des hauts cadres du pays comme le président de la République Pierre Nkurunziza, le deuxième vice-président de la République monsieur Joseph Butore, le président de l’Assemblée Nationale Pascal Nyabenda, des ministres, des gouverneurs, des cadres du parti CNDD-FDD, etc. étaient présents dans cette prière. Cette prière a connu également certains représentants des confessions religieuses comme l’Archevêque de Gitega Monseigneur Simon Ntamwana, le représentant de la communauté musulmane Saidi Kajandi et les représentants du parti Cama Ca Mapenduzi (CCM) de la République Unie de Tanzanie.

Dans sa prière d’ouverture, Monseigneur Simon Ntamwana a remercié le Dieu tout puissant pour les responsabilités et engagements qu’il a donné aux dirigeants issus du parti CNDD-FDD « Turagushimiye Mana twebwe aba CNND-FDD ko waduhaye kurongora be n’ugutunganya igihugu ». Il a en outre signalé qu’il n’est pas facile d’accomplir efficacement la tâche ici sur terre « Nta n’umwe vyoroheye kurangura amabanga y’iyi si »C’est pour cela qu’il a demandé à Dieu de recevoir leurs doléances et d’y répondre favorablement.

Figure 2 : L’Archevêque de Gitega salue le Président

Quant au président Pierre Nkurunziza, il a précisé que Dieu a reçu favorablement les demandes des participants « muri aya masengesho y’amashimwe,Imana yakiriye ibisabisho vyacu,yarumvise ugutakamba kwacu,yarabonye amarira y’abarundi ». Au cours de son discours, le président Pierre Nkurunziza s’est montré comme quelqu’un qui communique avec Dieu : « Ikindi twobatangariza,nuko Imana yanezerewe n’amasengesho yacu,Imana igire iduhe amahoro yayo » (Dieu a été content de nos prières et conséquemment il va nous donner la paix divine). Le président Pierre Nkurunziza a mis en garde toute personne qui croirait en une autre paix, il sera puni par Dieu le tout puissant.
Ainsi, avant de clôturer la prière, Nkurunziza a demandé à ceux qui avaient organisé la prière de chercher une pierre de 3 tonnes et de l’installer dans la place pour qu’elle soit leurs témoins des promesses tenues. Il a demandé également à tous les membres du CNDD-FDD de chercher une pierre et de l’installer chez eux avec la date du 18.08.2017.

Figure 3 : Nkurunziza danse pendant la louange

Figure 4 : Les pierres installées à Gitega.
Cette prière interconfessionnelle a été clôturée par des offrandes de différentes sortes au président Pierre Nkurunziza. On lui a donné entre autre des enveloppes contenant de l’argent, des sacs pleins de vivres, des moutons et une vache.

Figure 5:Les membres du CNDD-FDD offrent des offrandes à Nkurunziza

4. La démonstration de force des jeunes imbonerakure à Gitega le 19 août 2017

Le samedi, 19 août 2017, le parti CNDD-FDD a organisé une manifestation de démonstration de force des jeunes imbonerakure venus de toutes les provinces du pays. Les jeunes du parti au pouvoir étaient soutenus par certains cadres du parti comme le président Pierre Nkurunziza, le secrétaire général du parti monsieur Evariste Ndayishimiye,etc. Celui-ci a fait savoir que celui qui veut détruire le pays commence par détruire la jeunesse « Abashaka gusambura igihugu bahera mu rwaruka ». Il a continué en disant que celui qui lutte contre les jeunes Imbonerakure alors qu’ils sont les plus nombreux au Burundi n’a aucun autre objectif que de détruire le Burundi « Umuntu arwanya imbonerakure kandi azi neza ko arizo nyishi mu Burundi,nta kindi abashaka atari ugusambura Uburundi  ». Ici le secrétaire veut attirer l’attention des imbonerakure en les garantissant qu’ils sont nombreux et qu’il ne faut pas avoir peur, ils sont intouchables. D’après Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du CNDD-FDD, le Burundi va désormais connaître une nouvelle forme de gouvernance, un gouvernement qui aura à la tête un dieu, une gouvernance allant vers le paradis « muriyi minsi tugiye kurongorwa n’Imana,tugiye mu gihugu ciza cane ».
Signalons que ces manifestations de Gitega avaient vu la participation des jeunes issus des partis au pouvoir des pays comme la République Unie de Tanzanie,la RD Congo,la Turquie,le Sud Soudan ,… .Ces derniers ont affirmé que les jeunes imbonerakure vont être l’exemple de la jeunesse de leur pays ce qui a étonné les Burundais victimes des atrocités commises par eux.

5.Inauguration des permanences du CNDD-FDD dans la commune de Gitega

Samedi le 26 août 2017, le parti CNDD-FDD a procédé à l’inauguration de 11 permanences collinaires en commune Gishubi. Dans son discours, le député Georges Nshimirimana élu dans cette circonscription, a demandé aux participants de ne pas prêter oreille aux gens qui les déroutent. Il s’est exprimé ainsi « ntihazosubire abantu baza bagomba ubayobagiza,bababwira ibitaja ntibize ». Il leur a demandé également de ne plus écouter toute personne qui leur indiquerait une autre voie de sortie de cette crise que connaît le Burundi que celle prônée par le parti CNDD-FDD. Selon toujours ce député, le Burundi a déjà émergé, il est dans une bonne voie. Il a mis en garde ceux qui pourraient mener la guerre au Burundi en paraphrasant la fameuse déclaration du président Nkurunziza selon laquelle, celui qui prétend faire la guerre au Burundi la fera dans sa maison « Nyenicubahiro umukuru w’igihugu dukunda niwe yama atubwira ati :uwumva agomba gutera intambara ayigire mu nzu iwe ». Le député Georges Nshimirimana se contrarie en disant que le Burundi est pauvre, qu’il a besoin d’un coup de main pour aller de l’avant « intambara twebwe dufise ubu ni intambara y’ubukene,ni intambara yo kugira twikure mu buja,tuje mw’iterambere ».

6. Inauguration de la permanence du CNDD-FDD en commune Gitanga

En date du 26 août 2017, les membres du CNDD-FDD de la commune Gitanga en province de Rutana ont organisé les cérémonies de l’inauguration de la permanence communale. Dans son discours, le secrétaire national du parti CNDD-FDD a accusé le HCR d’être l’obstacle des refugiés qui veulent retourner au Burundi en leur construisant des tentes et en leur donnant des vivres. «  HCR yashinze uduhema hakurya y’Uburundi ishiramwo ivyo kurya abantu baca baragenda kubera akari mu nda ariko atari ababirukanye bagaca baja kugurisha benewabo bakemezwa ko ari imbonerakure zabirukanye ». Il appelle ces refugiés à rentrer par force « Impunzi mbere ndavuze ngo nizitahe ku nguvu, abagumyabanga muraziko tuzi gutambuka, aho hakurya muri Tanzania si kure,mu Rwanda si kure » ( que les refugiés rentrent par force, nous les bagumyabanga nous savons marcher et la Tanzanie n’est pas loin ainsi que le Rwanda).
Les propos du secrétaire national du parti CNDD-FDD montrent à suffisance le plan du gouvernement du Burundi qui veut rapatrier par force les refugiés se trouvant en Tanzanie.
Le secrétaire national du parti CNDD-FDD fait savoir que le gouvernement n’acceptera pas toute décision que l’ONU prendra sur le Burundi « ntituzopfa twemeye ingingo zose bazofatira Uburundi kuko tubona ko ari ikinyoma ». Le secrétaire du parti au niveau provincial quant à lui revenait sur les mots faisant croire que la paix règne au Burundi et que la victoire de 2020 est incontournable.

7.Inauguration de la permanence de la zone Rutwenzi en commune Burambi

Le parti CNDD-FDD a organisé une journée d’inauguration du bureau du CNDD-FDD au chef lieu de la zone Rutwenzi. Les différents slogans scandés par les membres de ce parti étaient centrés surtout sur les préparatifs des élections de 2020. Les cérémonies d’inauguration étaient présidées par Diomède Niyonsaba secrétaire provincial du parti CNDD-FDD dans la province de Rumonge en collaboration avec Mme l’Administrateur de la commune de Burambi.

Figure 6 : La permanence de la zone Rutwenzi

Cette permanence comporte des signes de la haine comme l’indique la photo en bas où le parti rappelle les dates tragiques du pays comme 1993 et le 13 mai 2015.
Le secrétaire du parti a signalé que le parti s’est doté d’une politique de construire sur toutes les collines un bureau du parti et ce sont les membres eux-mêmes qui doivent contribuer à sa construction .Mais la population se lamente en disant que c’est un fardeau pour eux car le parti les oblige de contribuer alors que leur situation économique est au point mort.

8.Blocage des activités du parti RANAC à Rumonge.

Dans la province et Commune de Rumonge précisément dans la zone de Kizuka sur la colline de Musave, le Rassemblent National pour le Changement (RANAC) avait organisé une rencontre avec ses membres. Selon Juma kalfan Nizigiyimana délégué du RANAC dans la province de Rumonge qui a affirmé avoir respecté les processus Administratifs s’est vu refusé la rencontre. Ce sont les jeunes imbonerakure qui ont suspendu la rencontre sans invoquer aucun motif et si ce n’était pas l’intervention des forces de l’ordre de cette localité les deux bloques allaient se bagarrer. Les représentants de ce parti au niveau provincial ont dénoncé le comportement de ces imbonerakure qui agissent à la place de l’administration et demande que des sanctions soient prises à leur endroit.

9. Conclusion

Aujourd’hui il est difficile de distinguer les manifestations publiques des autres événements comme les simples réunions organisées par les cadres du parti CNDD-FDD ou les membres du gouvernement, les travaux communautaires ou tout simplement les simples célébrations festives comme l’inauguration des permanences du parti CNDD-FDDD.
Le parti CNDD-FDD organise des manifestations publiques comme bon lui semble alors qu’aucun autre parti politique de l’opposition n’ose même pas organiser une conférence de presse et celui qui tente se voie bloqué par l’administration locale, le cas de RANAC en commune Rumonge. Le parti CNDD-FDD, lui fait des marches manifestations y compris les manifestations spontanées sans avertir qui que ce soit. C’est le cas des manifestations qu’ils font après les travaux communautaires devenues une arme de la terreur.
Le fait que les discours et les slogans utilisés par les membres du parti CNDD-FDD reviennent chaque fois qu’il y ait une manifestation montre à suffisance qu’ils sont préparés à l’avance et que les autorités sont au courant. C’est le cas du discours du président de l’Assemblée Nationale qui a accusé publiquement les européens de vouloir diviser le peuple Burundais alors qu’il célébrait la journée dédiée à la commune. Les mots qui sont écrits sur les permanences et aux autres monuments montrent à suffisance leur politique de haine et de division.

10.Recommandations au gouvernement :

 Au gouvernement :

  • Laisser la population vaquer à ses activités ;
  • Ouvrir l’espace public à tous les partis politiques et la société civile ;
  • Redresser le comportement des jeunes du parti CNDD-FDD ;
  • Arrêter de propager les discours de la haine ;
  • Punir les récalcitrants.

 Au Parti CNDD-FDD :
Les cadres du parti CNDD-FDD devront soigner leur langage lorsqu’ils s’expriment devant leurs membres.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.