rcpburundi.org

Par la probité et le civisme battissons un Burundi meilleur

Accueil > nouvelles > De la militarisation des manifestations

De la militarisation des manifestations

jeudi 4 mai 2017, par webmaster

1. Introduction
Depuis un certain temps, les manifestations publiques sont devenues un des moyens d’expression pour le pouvoir, les partis politiques, les femmes et la société civile proche du pouvoir. Les manifestations, organisées que ce soit au niveau national ou local servent de tribune pour la vulgarisation du discours de la haine. Le peuple burundais est déjà habitué à ces rassemblements chaque fois qu’il y a un rapport relatif à la situation sécuritaire et des droits de l’homme ou un autre événement important. Dans ce rapport, nous nous focalisons sur les manifestations organisées au cours du mois de mars 2017.

2. Manifestation du 4 mars 2017 pour soutenir la République Unie de la Tanzanie

Le conseil National de la Jeunesse du Burundi « CNJB » a lancé un appel à la jeunesse burundaise membre des organisations de la société civile, les militants des partis politiques, des confessions religieuses et des indépendants pour manifester dans le but de soutenir le gouvernement du Burundi et les pays frontaliers en particulier la République Unie de la Tanzanie .Ces manifestations ont été organisées à travers tout le pays. Les rassemblements se sont faits au niveau des chefs- lieux des provinces. Même si les manifestations étaient initialement organisées par le CNJB, les autorités politiques n’ont pas manqué l’occasion de prendre le devant dans ces rassemblements. Le discours prononcé était préparé par le ministère de la jeunesse et des sports.
En province Cankuzo par exemple, les manifestations se sont déroulées en présence de tous les administrateurs communaux et du conseil économique du gouverneur. Le discours de circonstance émanant du ministère de la jeunesse et sport a été lu par l’administrateur de Cankuzo, Monsieur Nyandwi Innocent. Les grandes articulations de son discours sollicitaient notamment la jeunesse Burundaise pour soutenir la République Unie de la Tanzanie pour une bonne cohabitation avec le Burundi. L’administrateur a profité de la même occasion pour soutenir la CNDI pour ses prestations. Ce dernier, a organisé le dialogue à l’intérieur du pays.Dans son propos, il a rappelé qu’au cours des consultations organisées par la CNDI, les jeunes demandent au gouvernement du Burundi de changer la constitution.
Le même discours s’insurge contre le secrétaire général de l’ONU et s’attaque aux putschistes du 13/05/2015 qui doivent être tués, emprisonnés ou contraint à l’exil.
La population de Cankuzo écoutait de loin le contenu du discours et on pouvait lire sur leurs visages les signes de méfiance et d’indignation suite à ce discours incendiaire et plein des mensonges.
En province Bururi, en commune Matana,les manifestations se sont déroulées au marché de Matana autour de l’administrateur et du chef de zone Matana. Les manifestants qui avoisinaient une centaine courraient dans la rue en scandant les slogans comme « la paix et retrouvée, que les réfugiés rentrent, nous nous insurgeons contre les troubles de guerre, nous voulons l’unité, la paix et la démocratie entre les frères ». La population qui passait était contrainte par la police commandée par le chef de poste connu sous le sobriquet de Nyeganyega qui a bloqué toutes les allées pour les obliger à se joindre aux autres. Signalons que pendant tout ce temps tous les boutiquiers étaient sommés de fermer.
A Makamba,Comme dans d’autres provinces du pays, les Imbonerakure de Makamba ont manifesté pour démontrer leur capacité de faire faire face à l’ennemie. Ils entonnaient des chansons des guerriers comme "Tuzorurwana kandi turutsinde"(On va combattre et on gagnera » et des slogans du parti comme " Caratuvunye ntituzokirekura ...."(Le combat était dur on ne le lâchera jamais ».Ces manifestations étaient dirigées par les responsables communaux des imbonerakure alignés comme des militaires en section, compagnie et consort.
En Mairie de Bujumbura, les manifestations se sont déroulées en commune Mukaza dans la zone Rohero sous la conduite du président du Conseil National de la Jeunesse. Dans son discours, le président du conseil national de la jeunesse a fait savoir que la jeunesse n’est pas prête à accepter que le pouvoir soit aux mains des gens qui ont voulu renverser les institutions élues démocratiquement. Il a demandé au gouvernement de ne pas céder aux pressions de quelques pays occidentaux qui veulent faire retourner le pays dans des gouvernements de transition et a mis en garde le Secrétaire Général des Nations Unies ainsi que certains pays africains sur les conséquences qui pourront suivre leurs actes en l’occurrence l’augmentation des tensions ethniques. Et de marteler, dans sa conclusion, que le président de la république ne compte pas céder le pouvoir avant le retour de Jésus christ. Son message qui était transmis à l’usage d’un haut parleur était attentivement suivi et applaudi par une foule enthousiaste minutieusement sélectionnée et mobilisée pour les besoins de la cause. De plus, tous les passagers qui étaient en ville devraient écouter le message du président du conseil national de la jeunesse par force. Les slogans comme « Non à l’immunité et à l’invitation au dialogue des 34 personnes recherchées par la justice, non aux rapports biaisés du Secrétaire Général des Nations unies et des chansons comme « Tuzorurwana kanditurutsinde » étaient scandés par les manifestants.

Les slogans des manifestants en Mairie de Bujumbura
A Gitega,les manifestations se sont déroulées sur la colline Gihamagara en commune Itaba sous la direction du représentant de la jeunesse au niveau provincial et du conseiller principal du Gouverneur ,Gérard Nibigira.Les slogans scandés étaient « Nous sommes contre les rapports publiés par l’ONU, nous sommes contre les rapports de Jamar Bénomar qui ternissent l’image du pays et celle du président de la République, nous soutenons les bonnes relations entre le Burundi et les pays étrangers, particulièrement avec la Tanzanie. Nous condamnons l’invitation des putschistes au dialogue inter burundais »
Dans son discours de circonstance, Gérard Nibigira, conseiller principal du gouverneur de Gitega a interpelé les manifestants d’user de toutes leurs forces pour lutter contre ceux qu’il appelle "ennemis du pays”. Il a par la suite promis aux manifestants que l’Etat va les soutenir dans cette mission et leur donner un coup de main.

Le constat fait est qu’il ressort des manifestations organisées par le CNJB, que les autorités profitent de l’occasion pour sensibiliser et convaincre la population que tous les maux du pays viennent de l’extérieur.

3. Manifestation du 11 mars 2017 pour soutenir le gouvernement du Burundi
Comme les manifestations sont devenues un des moyens d’expression pour le gouvernement et ses acolytes, les manifestations ont été organisées par le pouvoir à travers tout le pays pour montrer leur soutien au Président de la République.
Au niveau national, les manifestations se sont déroulées au chef- lieu de la province Muyinga où étaient rassemblés tous les jeunes de la ligue du CNDD-FDD « imbonerakure ». Lors de leur marche manifestations, ils scandaient les slogans comme « CNDD-FDD,Tsinda,Tsinda,Tsinda abansi b′igihugu !CNDD-FDD ,Tsinda amatora ya 2020 !Peter Nkurunziza,komerakw’ivolant !Imbonerakure,komera !Imbonerakure,Tsinda umwansi !Abakeba ,tubise !abakeba ,hunga !... »(CNDD-FDD ,Sois fort !vainc ,vainc ,vainc les ennemis du pays,CNDD-FDD,Gagne les élections de 2020,Pierre Nkurunziza,reste au volant ,Combat l’ennemi, les ennemis ,quittez, les ennemis fuyez !Les autres slogans étaient diffusés à partir des chansons comme :« Nimuze dutere inda abakeba baheze bavyare imbonerakure ,tuzobirukako ibirenge bishuhe gushika tubafashe, Petero Nkurunziza,ni afande,iyonkona yaratabaye …. » (Engrossons les ennemis pour qu’elles enfantent les imbonerakure,on va courir derrière eux jusqu’à nous fatigue les pieds et les attraper, Pierre Nkurunziza est un militaire ,l’aigle qui nous a sauvé… »)
Le discours prononcé par les autorités était centré sur le thème central de la vigilance des Imbonerakure car,disent-ils, « l′ennemi du pays et de la démocratie est toujours là à la porte, il n′est pas loin ».Les Imbonerakure étaient également appelés au soutien des institutions démocratiquement élues‚ à la visibilité des imbonerakure où qu′ils se trouvent car ils ont montré qu′ils sont capables quand ils ont aidé à traquer l′ennemi qui avait voulu pénétrer le camp militaire il ya deux mois. « Ils doivent être toujours vigilants car l′ennemi du pays est toujours là » disaient-ils. Ils doivent continuer à convaincre lesʺ ibipingaʺ (« ceux qui n’ont sont pas membres du parti CNDD-FDD) jusqu’à les capturer ou les redresser.
La population du Chef- lieu de la province Muyinga a été réveillé à 3h00 du matin par des battements de tambour (akagoma) et des coups de sifflet comme si c′était une attaque rebelle. Heureusement que certains étaient informés qu’une manifestation était prévue sinon ils allaient fuir leurs maisons pour passer la nuit dans la brousse. Le rassemblement a eu lieu à la frontière commune Muyinga-commune Gasorwe communément appelée kukiziba,en bas du village d′enfants SOS Muyinga et de là, ils sont allés en courant vers le chef-lieu de province et près de la permanence de leur parti où la destination finale était fixée et où le mot de circonstance devait être prononcé.

Le présidentde la ligue Imbonerakure au niveau provincial
Le président de la ligue des jeunes IMBONERAKURE au niveau provincial, Nimubona Chabani a d′abord pris la parole‚ souhaitant la bienvenue à tous les Bagumyabanga et surtout au secrétaire national chargé des mouvements (ligues) issus du parti CNDD-FDD‚ Monsieur Sylvestre Ndayizeye qui avait rehaussé de sa présence cet événement et aux honorables ressortissants dudit parti‚ puis secondé par le premier secrétaire du parti au niveau provincial. Des groupes folkloriques ont aussi animé la fête, reprenant le thème central qui était le soutien des institutions républicaines élues démocratiquement et le maintien ou la fortification de la paix et de la sécurité du pays.

Le secrétaire national chargé des mouvements (ligues)
Enfin , le secrétaire national chargé des mouvements (ligues) issus du parti au pouvoir CNDD-FDD a alors pris la parole pour prononcer le mot du jour .En se basant sur le thème du jour, il a fait appel à la vigilance des Imbonerakure et de tous les Bagumyabanga en général, car dit-il, l′ennemi est toujours à la porte. La manifestation a pris fin aux environs de 16h00‚après quoi chaque zone s′est chargée de la réception de ses ressortissants .En guise de remerciement, un cadeau d′une vache a été offert au secrétaire national chargé des mouvements (ligues) issus du parti au pouvoir CNDD-FDD .Ces manifestations ont été organisées à Muyinga à 4 jours de la visite du Président dans cette province pour une réunion de sécurité.
En Mairie Bujumbura, les manifestations se sont déroulées en commune Ntahangwa,Zone Kinama. Les manifestations ont précédé les travaux communautaire qui avaient étaient organisés par l’administration communale au quartier CARAMA. Les manifestants entonnaient des chansons glorifiant le Président de la République. Ils mettaient en garde les habitants de ce quartier qui ne veulent pas de donner leurs contributions pour la construction de leur Nation(IBIPINGA).
4. Manifestation du 18 mars 2017
Le 18 mars 2017, les autorités provinciales et communales ont organisées en collaboration avec la jeunesse imbonerakure encore une fois les manifestations à travers tout le pays dans le but de démontrer la force du gouvernement et du parti au pouvoir.
En Mairie de Bujumbura, les manifestations se sont déroulées en commune Ntahangwa,Zone Cibitoke. Les manifestants se sont rencontrés sur la jonction de l’avenue Buconyori et celle venant de la ville de Bujumbura. Des jeunes du parti CNDD-FDD accompagnés par les taxis vélos, les taxis motos ainsi que les « Tukutuku » ont sillonné les routes de la zone Cibitoke. Devant les manifestants se trouvait le véhicule de l’administrateur communal de Ntahangwa ,Eddy Paul Hakizimana .Ce véhicule transportait les animateurs, le président de la ligue des jeunes imbonerakure de la commune Ntahangwa ainsi qu’un cameraman .Ils ont traversé la route qui sépare Mutakura et Cibitoke en passant par la Zone Kinama avant de terminer la manifestation au collège municipal de Cibitoke.
Arrivés sur certaines avenues considérées comme anciennes locataires des rebelles, les manifestants devraient s’arrêter et scander des chansons comme « Nkurunziza turagushigikiye » (« Nkurunziza nous te soutenons »), « Ya coup d’Etat irihe ? »(« Où est le coup d’Etat ? ») , « Bacemwo ntibabona tubagire nkambere » (Déjouez les comme auparavant,ils ne voient pas) , « Nkurunziza yaratabaye igihugu (Nkurunziza a sauvé le pays ), « Tuzorurwana kandi turutsinde » (nous allons participer à la guerre et vaincre) .
Le mot de circonstance a été prononcé par le président de la ligue des jeunes imbonerakure de la commune Ntahangwa. Ce dernier revenait à chaque fois sur le coup d’Etat du 13 /5/2017 avant de demander aux participants de suivre son communiqué du 18 /3/2017 comme les putschistes l’ont fait le 13 /5//2017. « Barundi, Barundikazi namwe ncuti z’uburundi ,turabanyesheje ko Presida Petero Nkurunziza azova kubutegetsi ashaje canke Yezu kristo agarutse .Bagiye muma barabara biyamiriza mandat ya gatatu ,tubamenyesheje ko niyakane ,gatatu ,gatandatu ,indwi…….. azozitwara gushika yisazire canke YezuKristo agaruke. Barya bashikirije itangazo ryogukura Nkurunziza nanje nshikirije iryokumugumiza kubutegetsi imyaka yose , bari bahagarikiwe n’abasoda n’abapolisi nanje mpagarikiwe namwe urwaruka rw’ imbonerakure ».
(Burundais ,Burundaises et amis du Burundi, nous portons à votre connaissance que le Président Nkurunziza quittera le pouvoir à sa retraite ou à l’arrivée de Jésus christ .Ils ont manifesté pour refuser le troisième mandat, nous vous informons qu’il briguera même le quatrième mandat ,le cinquième ,le sixième ,le septième…
Ils ont lu le communiqué de coup d’Etat de Nkurunziza , moi et je prononce ce discours pour maintenir Nkurunziza au pouvoir éternellement .Ils étaient gardés par les militaires et les policiers, moi je suis gardé par vous les jeunes imbonerakure) ».
Arrivés à l’hôtel de Mathias Basabose se trouvant dans la zone Kinama, les manifestants ont fait un sit-in et le président de la ligue des jeunes imbonerakure a informé les manifestants qu’il y a un type qui a une centaine de maisons en étage dans la ville de Bujumbura mais qui continue de sillonner le monde pour salir l’image du pays.
Au lycée municipal de Cibitoke où se sont déroulées les activités de clôture de la manifestation, les élèves qui revoyaient leurs cours ont été intimidés par les manifestants qui demandaient aux filles de rejoindre leurs frères qui ont abandonné le maquis et qui ont rejoint les Imbonerakure.
A Bubanza,les manifestations ont eu lieu en commune Mpanda sous le même rythme que dans les autres provinces avec la particularité de commencer par le sport des jeunes Imbonerakure sous des chansons de soutien au gouvernement.
En province Makamba, la commune Mabanda a accueilli des Imbonerakure de toute la province, ils ont fait une marche manifestation intimidant les passants avec des chansons et slogans qui incitent à la violence notamment : « ibipinga tuzobipingura »(Ceux qui ne sont pas avec nous le seront par force).
La marche visait à faire taire l’opposition des communes Kibago et Mabanda où le CNDD-FDD n’a pas d’assise comme dans les autres communes. Les imbonerakure des autres communes sont venus à Mabanda pour essayer d’aguerrir ceux de Mabanda afin qu’ils agissent sans rien craindre. Ils étaient habillés de bottines et pantalon militaires avec les tee-shirts du parti CNDD-FDD.

Les manifestants de la commune Mabanda en province Makamba.
5. Les activités de la société civile
Après la radiation et la suspension des principales organisations de la société civile indépendante, le terrain est entièrement occupé par des organisations qui font l’éloge du pouvoir et relai sa propagande. Ces organisations font entièrement fi des réalités sociales, politiques, sécuritaires et économiques qui préoccupent la population enfermée dans la peur, la haine et la violation massive des droits de l’homme. Lesdites organisations vont même jusqu’à soutenir mordicus une loi qui restreint inexorablement l’espace civique.
C’est dans cette ambiance que le mois de mars 2017 a été marqué par la réunion du ministre de l’intérieur et de la formation patriotique et les communiqués de certaines organisations de la société civile proches du pouvoir.
Le Ministère de l’intérieur et de la formation patriotique a organisé une réunion à l’endroit des organisations de la société civile dans la province de kayanza,le 6 mars 2017, dans l’objectif de présenter la nouvelle loi régissant les associations sans but lucratif(asbls) du 27/1/2017.
Le Ministre de l’intérieur et de la formation patriotique qui a ouvert la réunion a fait savoir que l’objet de la réunion était de présenter la nouvelle loi sur les asbls du 27/1/2017.Il a rappelé que les articles révisés ou ajoutés résultent des propositions des organisations de la société civile elles- mêmes. Il a remercié ceux qui ont répondu à l’invitation .Il a demandé à certaines personnes qui se disent de la société civile d’arrêter la diabolisation de leur pays. Recourant à une illustration légendaire, le Ministre de l’intérieur a expliqué que ceux qui diabolisent le pays « risquent de subir le même sort que l’enfant qui a vu son père rentré ivre et déshabillé et cet enfant a vite appelé les voisins pour voir son père nu. L’enfant a fini par être maudit par son père tandis que celui qui a cherché les habits pour couvrir son père a été l’héritier de la famille ». Il a informé les participants que la loi est déjà en vigueur raison pour laquelle les participants doivent s’y soumettre. Il a fait savoir qu’il va mettre sur pied deux commissions, l’une chargé d’agréer les nouvelles associations et une autre de consultation des asbls et l’administration. Cette dernière sera composée par les cadres du Ministère de l’intérieur ainsi que les représentants de la société civile .Le Ministre Barandagiye a terminé son mot de circonstance en donnant une date butoir du 27 /11/2017 pour que toutes les organisations se conforment à la loi.
Des représentants de la société qui étaient dans la salle ont pris la parole après la présentation du Directeur Général des ONGs . La plupart de leurs interventions s’articulaient autour des points comme le soutien à la nouvelle loi, la demande d’appui financier de la part du gouvernement, la demande au gouvernement d’exiger aux bailleurs de fonds de faire des partenariats avec les organisations identifiées par le Ministère.
Selon le président de l’ONELOP- Burundi, Njangwa Bécaut Gilbert, le gouvernement devrait exiger le partenariat entre les associations et les Organisations Non Gouvernentales internationales pour éviter des financements qui ne sont pas contrôlés par le gouvernement. Il a dit qu’il ne comprend pas pourquoi le PNUD n’a pas financé la réunion.
D’autres intervenants ont abondé dans le même sens .Il s’agit des présidents de CODIP, LIGUE IZERE, AJAP et d’autres proches du pouvoir.
Le président de PARCEM quant à lui a remercié l’Assemblée nationale et le gouvernement d’avoir voté et promulgué une loi qui vient pour combler certaines lacunes .Selon Faustin Ndikumana, les gens devraient éviter les sentiments de contestation et accepter la loi telle que présentée car elle est juste et correcte .Il a plutôt appelé les associations de la société civile de s’atteler à la recherche des financements pour appuyer les initiatives du gouvernement au lieu de demander des financements auprès du gouvernement.
L’association pour la Défense des droits des victimes et familles des victimes du mouvement insurrectionnel déclenché le 26/4/2015 a sorti un communiqué de presse dans lequel ,elle a salué l’effort du facilitateur William Mkapa dans la recherche d’une solution durable au problème politique burundais, regrette d’apprendre que certaines parmi les personnes poursuivies par la justice burundaise ont été invitées à Arusha lors des rendez- vous récents du dialogue inter burundais en date du 17 au 19 février 2017 .Elle a rappelé qu’elle ne soutiendra jamais l’idée d’associer les personnes poursuivies par la justice dans le processus de la recherche d’une solution durable ,encore moins l’idée de leur accorder l’immunité provisoire et enfin demande l’exécution de l’arrêt rendu par la cour suprême dans l’affaire du putsch du 13 /5/2015 en ce qui est de la réparation civile.
Il sied de souligner que la plupart de ces organisations prennent les devant dans les manifestations Co-organisées avec le parti au pouvoir et le gouvernement.
6. Conclusion

Les manifestations organisées à travers tout le pays chaque samedi ou lorsqu’il y a un rapport qui dénonce les exactions commises par le pouvoir n’ont qu’un seul objectif de canaliser la population autour d’une seule idéologie du parti CNDD-FDD et de préparer la jeunesse à commettre l’irréparable du génocide comme ce fut le cas pour la jeunesse du Rwanda en 1994.Ces manifestations font perdre le temps à la population d’autant plus que la population passe des heures et des heures dans la rues sans vaquer à leurs activités. A côté du temps, la population est contraint de participer à ces manifestations sans en être convaincu mais pour sauver la vie ce qui craint une méfiance entre la population. L’organisation des manifestations dénote deux poids deux mesures d’autant plus ceux qui ne sont pas proches du pouvoir ne peuvent pas organiser des rassemblements pareils ou s’exprimer librement.
7. Recommandations
Le gouvernement doit :
 Respecter la loi en vigueur en matière de manifestations publiques
 Garantir la jouissance égale et équitable des droits civils et politiques et des libertés publiques à tous les burundais
 Déverrouiller l’espace politique et civique pour permettre aux partis politiques et la société civile de fonctionner conformément à la constitution et les lois du pays
 Garantir la sécurité de tout le peuple burundais
 Laisser la population burundaise vaquer à ses activités en toute liberté
 Bannir les discours et les slogans de la haine

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.