rcpburundi.org

Par la probité et le civisme battissons un Burundi meilleur

Accueil > nouvelles > Manifester contre l’échec

Manifester contre l’échec

mercredi 21 juin 2017, par webmaster

Rapport du mois de mai sur les manifestations publiques
0. Résumé Exécutif
Dupuis avril 2015, le Burundi traverse une crise sociopolitique due à la nomination du Président Pierre Nkurunziza à sa propre succession aux élections présidentielles .Cette nomination par le parti CNDD-FDD a provoqué les manifestations pacifiques organisées par la société civiles et les partis politiques de l’opposition. En conséquence, ces manifestations ont été réprimées à sang par les forces de sécurité et les jeunes imbonerakure affiliés au pari CNDD-FDD. Aujourd’hui, les autorités ont pris les manifestations comme mode d’expression sur les questions de leurres bien que les celles qui avaient été organisées par la société civile ont été qualifiées par le procureur de la République du « mouvement insurrectionnel ».
Dans ce rapport du mois de mai 2017, nous nous sommes intéressés sur les grandes manifestations organisées par le pouvoir, les organisations dites de la société civile ainsi que les grandes rencontres et événements organisés par les autorités politiques et administratives.
Les autorités du pays ont organisés plusieurs marches manifestations au niveau national ou local. L’objectif de ces derniers étaient soit de soutenir le gouvernement dans ces actions, de commémorer certaines dates marquant la vie du parti CNDD-FDD ou du pays.
Les manifestations organisées par les autorités du pays donnent l’occasion à ces derniers de prononcer des discours de haine contre tous les opposants mais aussi contre les organisations de la société civile et certains pays comme le Rwanda, la Belgique et l’Union Européenne.
Pendant le mois de mai 2017, les manifestations ont été commencées par la célébration de la fête internationale du travail et des travailleurs. Cette journée a été célébrée au niveau des chefs lieux de toutes les provinces et les grandes festivités ont été organisées à Makamba par le gouvernement sous la conduite du Président Nkurunziza.Le gouvernement avait envoyé les délégations au niveau des provinces où le discours du gouvernement était lu par le chef de la délégation ou le gouverneur de province. Le fait marquant de cette célébration est le prix octroyé à la servante du couple présidentielle comme la travailleuse qui a bien travaillé pour l’année 2017.La célébration de la fête du travail a été aussi une occasion de montrer qu’au Burundi il n’y a pas de famines et que la paix règne sur tout le territoire.

Le rapport du mois de mai revient sur Commémoration du 21ème anniversaire des massacrés de Kivyuka du 3 juin 1996 en commune Musigati.Cette commémoration a été organisée par le président de l’association des Rescapés du marché de Kivyuka,CharleMakoto.Selon lui l’objectif est de réconforter les familles de victimes mais aussi appelle au gouvernement pour éviter que ce qui s’est passé ne se reproduise plus. C’était aussi l’occasion pour les rescapés de demander justice pour les victimes, l’inhumation des restes des victimes et la construction d’un monument à ce lieu. Les autorités administratives et du parti CNDD-FDD s’étaient jointes à la population de Kivyuka.
Le rapport revient aussi sur les manifestations organisées par le ministère de l’intérieur et la formation patriotique pour la commémoration de la 2ème anniversaire du coup d’Etat manqué du 13 mai 2015.Cette date a été célébrée comme une date de la victoire de la démocratie au Burundi. Les manifestations ont été organisées à travers toutes les provinces du pays avec à la tête les gouverneurs qui devaient diriger les manifestations.
Pendant ces manifestations les manifestants scandés des slogans qui font l’éloge du Président Nkurunziza et les autres qui humilient les militaires qui ont échoué dans leur tentative de renverser le pouvoir et les partis politiques d’opposition. Ils ont également fustigé le comportement de certains pays qui ont soutenu les putschistes et qui les ont donnés refuges. Ici, ils insistent sur les pays comme le Rwanda et la Belgique accusé d’entretenir les groupes rebelles. Dans leur chansons et slogans les manifestants demandaient l’instauration de la journée du 13 mai comme une journée nationale de la démocratie mais aussi de baptiser l’une des routes de Bujumbura le 13 mai. La marche manifestation du 13 mai 2017 a été pour le pouvoir de remercier les forces d’ordre et de sécurité qui ont empêché le coup d’Etat monté contre les institutions démocratiquement élues selon les autorités et les manifestants.
Le rapport du mois de mai parle également des manifestations organisées en province Ngozi par l’association de la société civile CODIP et les jeunes de la Ligue affilié au parti CNDD-FDD, les imbonerakure.
L’association CODID a organisée une manifestation au chef lieu de la province Ngozi ,vendredi 26 mai dans le but de remercier les chefs d’Etat qui ont participé dans le sommet des chefs d’Etat de l’East African Communauté (EAC).Les manifestants ont vivement remercié les Président tanzanien et ougandais à travers les slogans qu’ils scandaient. Ils ont fait le tour de la ville munis des pancartes où ils brandissent la bravoure de ces deux chefs d’Etat mais aussi fustigeaient l’inertie du reste des Président de l’EAC.
Dans la même province, en commune Ruhororo, les jeunes de la ligue du CNDD-DD Imbonerakure des communes Ruhororo ,province Ngozi et ceux de la commune Muhanga de la province Kayanza ont organisé une marche manifestions d’intimidation au site des déplacés de Ruhororo .Ce dernier est occupé par les rescapés des massacrés de 1993.Les jeunes imbonerakure ont sillonné tout le site en chantant et dansant les chansons d’intimidation comme « Laissez notre président,ibipingatuzobopingura (on va redresser ceux qui ne sont pas avec nous) .La marche a durée près de 2heures ce qui a fait peur aux déplacés et ont de l’inquiétude sur leur sécurité.
En conclusion, Le RCP constate que les manifestations organisées par le pouvoir et les organisations dites de la société civile contribuent à la déchirure du tissu social d’autant plus que ceux qui ne répondent pas à ces rassemblements sont considérés comme les ennemis de la Nation. A côté de ce caractère divisionniste, les manifestations font perdre du temps à la population qui ne vaquent pas à leurs activités de développement. Ainsi, une partie de la population va manifester non pas par conviction mais par peur d’être tuée ou emprisonnée.
Compte tenu de l’urgence du respect des principes démocratiques en matière de régulation des manifestations publiques, le RCP émet des recommandations à l’endroit du gouvernement du Burundi.
Le gouvernement doit :
Ouvrir l’espace public à tous les citoyens
Garantir la sécurité de tout le peuple burundais
Laisser la population burundaise vaquer à leurs activités quotidiennes
Bannir les discours de la haine
Bannir les discours qui discréditer les autres pays et les institutions internationales

1. Introduction

Avec le déclenchement de la crise qui secoue le Burundi suite à la candidature du Président Pierre Nkurunziza à sa propre succession en violation de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation et la Constitution de la République du Burundi, le sol burundais est devenu un terrain des manifestations .Ce phénomène est devenu un moyen pour le gouvernement, les organisations de la société civile proche du pouvoir, les femmes ,les jeunes affiliés aux partis politiques et les partis politiques satellites du parti CNDD-FDD de s’exprimer pour les questions concernant le pays. La population est condamnée à répondre à ces manifestations pour sauver la vie, la plupart ne connaissent pas ce qui est écrit sur les banderoles qu’ils portent.
Cependant, les manifestations pacifiques qui avaient été organisées en avril 2015 par la société civile et les partis politiques d’opposition en vue de protester contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza ont été qualifiées de mouvement insurrectionnel par le Procureur général de la République du Burundi. Les manifestations, organisées que ce soit au niveau national ou local, ouvrent l’occasion aux autorités politiques de semer la haine entre les composantes de la population burundaise à travers les slogans scandés et les chansons entonnés par les manifestants. Le peuple burundais est déjà habitué à ces rassemblements chaque fois qu’il y a un rapport sorti par les organisations de la société civile nationales ou étrangères relatif à la situation sécuritaire, aux violations des droits de l’homme ou à la proche des grands événements.
Dans ce rapport, nous nous focalisons sur les manifestations organisées au cours du mois de mai 2017 à travers le Burundi.

2. Célébration de la journée internationale du travail et des travailleurs

La journée internationale du travail et des travailleurs est célébrée le 1ermai de chaque année au niveau de tous les pays. Au Burundi, les festivités se sont déroulées à travers toutes les provinces du pays mais les cérémonies officielles se sont déroulées au chef lieu de la province Makamba en présence du Président de la République. Les fonctionnaires de la présidence portaient la photo du Président pour justifier qu’ils ne travaillent pas pour la nation mais pour celui qu’il les a nommés. 

Figure1 :Les fonctionnaires de la Présidence défilent
Certains fonctionnaires et cultivateurs avaient emmené les récoltés de leurs champs.

Figure2 : Les cultivateurs défilent avec leurs récoltes
La fête du travail a été l’occasion pour le gouvernement de montrer à la communauté nationale et internationale que la paix règne sur tout le territoire mais aussi que la production est bonne malgré la famine qui décime la population. Le fait marquant de l’événement est le prix accordé par le Président à sa servante.

Figure3 :Le Président prime sa servante
A Cankuzo, la journée internationale de la fête du travail et des travailleurs a été célébrée comme partout ailleurs. Cette fête a commencé par un défilé sur un rayon de deux kilomètres. Etaient sur ce défilé essentiellement les élèves, les représentants des différents services provinciaux et communaux, les différentes associations agricoles, les Commerçants, les ONGs et ceux des secteurs informels en général.
Il y avait des groupes d’animations venus de toutes les communes dont certains se proclamaient affiliés au parti au pouvoir (exemple : club inkona mu mahoro) ce qui a étonné plus d’un lors de sa proclamation par le gouverneur qui a déclaré à la population d’être membre de ce club.

Figure4 :La population de Cankuzo défile
Dans ce mot d’accueil, l’administrateur de la commune de Cankuzo du nom de Nyandwi Innocent a mis en garde ceux qui détruisent l’environnement qu’il qualifie d’imburakimazi « Les vauriens » et a dit que ceux qui seront attrapés seront punis sévèrement.
Le gouverneur de la province Cankuzo,DésiréNjijia déploré la mauvaise habitude des paresseux qui forment des Ligala, a profité de l’occasion pour féliciter ceux qui s’attèlent au travail et a découragé la consommation de la bière prohibée d’ananas en leur disant que « Akataretsekabagasema .Il a ajouté que des mesures sévères seront prises à l’endroit de ceux qui vont détruire l’environnement par les feux de brousses. Il a précisé que la commune de Cankuzo vient en premier lieux en matière de feux de brousses.
Le Gouverneur de la province de Cankuzo a enfin remercié les secteurs qui ont fait une grande contribution pour la construction d’une Université à Cankuzo.
Le ministre des travaux public en même temps parrain de la province de Cankuzo qui avait représenté le gouvernement a repris le long discours du chef de l’Etat mais il a ajouté que le gouvernement du Burundi s’est approprié des préoccupations des syndicats. Ensuite il a réitéré l’engagement du gouvernement à promouvoir l’emploi par la mise en place de la politique nationale de la jeunesse.
En matière de la sécurité, il a dit que comparativement à l’année 2015 la sécurité s’est améliorée en 2017.Selon lui, le gouvernement est entrain de combattre les cas d’enlèvement.
Vers la fin des festivités, on a passé à la remise des prix pour les meilleurs travailleurs choisis dans le secteur de la santé, de l’agriculture, les associations de développement ,quelques commerçants et quelques associations féminines pro- gouvernementales .Tous ces primés ont eu un certificat d’honneur et une enveloppe dont le montant n’a pas été publié.
Le plus grand prix (une vache) a été décerné au gouverneur de la province de Cankuzo par le Ministre des travaux publics.

Figure5 :Le ministre prime le Gouverneur de la province Cankuzo
A Ngozi, les festivités ont été rehaussées par le ministre des postes et de la communication qui avait représenté le gouvernement sous le thème de l’année qui appelle la population à travailler pour leur famille afin que le pays soit développé. La particularité pour cette province pour cette année est qu’il n’y avait pas beaucoup de population qui défilaient avec leurs récoltes par rapport aux années antérieures. Le gouverneur de la province a interdit formellement à la population de ne plus vendre la récolté pour la saison B.
3. Commémoration des massacres de Kivyuka en commune Musigati
Le 6/5/2017, en zone Kivyuka,communeMusigati, province Bubanza ,une marche manifestation en commémoration de plus de 400 personnes tuées pendant la guerre civile de 1996 au marché de Kivyuka a été organisée sous le thème "KWIBUKA GUSHIKANA KUMAHORO" (commémorer mène à la paix).Cette manifestation a été organisée par l’association des rescapés de Kivyuka dirigée par Mr MAKOTO Charles.
La marche a débuté à un endroit appelé kwisederi,la destination était le marché de Kivyuka où les manifestant ont déposé les germes de fleurs sur les tombeaux.
Après cela, une messe a été célébrée à la succursale Kivyuka en présence des autorités provinciales. Des discours marquant la journée ont été prononcés par les différentes personnalités.
En premier lieu le président de l’association Mr MAKOTO a rappelé l’objectif de cette commémoration. Selon lui, l’objectif est de réconforter les familles des victimes et de rappeler au gouvernement de tout faire pour que ce qui s’est passé ne se reproduise plus. Le président de l’association des Rescapés du marché de Kivyuka a rappelé à la justice de faire la justice aux victimes pour que la vérité soit connue.
En deuxième lieu ,c’est l’administrateur communal Mr NDUWIMANA J Bosco qui a affirmé sans doute que ce sont les militaires qui étaient au post de commandement Musigati qui ont massacré plus de 400 personnes civiles dans le marché de kivyuka et a réclamé la justice pour les victimes .Les autorités politiques et du parti CNDD-FDD s’était jointes à la population de Kivyuka ,c’est le cas l’Honorable Gabriel Ntisezerana et le président du CNDD-FDD en province Bubanza,Alexandre Niyongere.
4. Manifestation du 13 mai pour la commémoration du deuxième anniversaire du coup d’Etat manqué
Le 13 mai 2015, reste une date inoubliable dans l’histoire du Burundi et pour la population burundaise. Cette date est pour les uns une date de deuil et pour les autres une date de joie pour la célébration de la victoire de la démocratie.
Le 13 mai 2017, le gouvernement du Burundi et le parti CNDD-FDD ont organisé des manifestations à travers tout le pays pour commémorer le deuxième anniversaire du coup d’Etat manqué. Le secrétaire général du parti Général Evariste Ndayishimiye a sorti un communiqué de presse le 12 mai pour donner la position du parti par rapport à la date du 13 mai1.
Sous l’injonction du parti CNDD-FDD, les gouverneurs de provinces ont organisé des marches manifestations au niveau de tous les chefs lieux des provinces2.Les slogans ont été envoyés par le secrétariat national du parti pour l’harmonisation de l’activité.


A Bubanza, après les travaux communautaires, une marche manifestation qui était dorénavant organisée a été effectuée.
Étaient présents dans cette marche, tous les députés et sénateurs élus dans cette circonscription, le gouverneur, tous les administrateurs communaux, tous les membres du parti au pouvoir, et tous ceux qui étaient présents dans les travaux communautaires.
L’objectif de cette marche manifestation était la commémoration de deux ans après l’échec du coup d’État des institutions démocratiquement élues en 2015.
Ils ont commencé à manifester à partir de 11h au stade sportif de Bubanza, jusqu’au centre de négoce de Bubanza.La marche manifestation était animée par des slogans, des chansons glorifiant le président NKURUNZIZA et le parti au pouvoir.
Les manifestants tenaient en mains des branches d’arbres et portaient des pancartes sur lesquelles étaient écrit :
Jamais le coup d’État au Burundi,
Félicitons le président NKURUNZIZA,
Turiyamirijeletazamagaburanyama( nous nous insurgeons contre les gouvernements de partage de la viande),
TuriyamirijeKagame n’Ububirigi (Nous insurgeons contre Kagame et la Belgique),
Après les manifestations, le gouverneur a pris la parole en premier lieu. Dans son discours, il a remercié tous ceux qui ont répondu à cette marche et a fait la lecture du mot marquant cette commémoration rédigé par le ministère de l’intérieur.
En second lieu, c’est le président de l’Assemblée Nationale, Pascal Nyabenda qui a pris parole. Dans son discours, il a rappelé aux manifestants toutes les tentatives de coup d’État déjà organisés dans ce pays.
Il a souligné que l’objectif du coup d’État raté le 13/5/2015, était de plonger le Burundi dans les massacres comme ceux qui ont eu lieu dans les années 1965, 1972, 1988,1993 .Il a continué en affirmant que la population n’est pas prête à tolérer ceux qui ont encore l’esprit ignoble d’accéder au pouvoir en empruntant les voies non démocratiques.
Il a félicité enfin le président de la république pour son bravoure et a ajouté qu’il ne voit aucune autre personne dans ce pays qui peut remplacer le président Nkurunziza, ce qui a étonné le public.
En Mairie de Bujumbura, les manifestants se sont rencontrés devant la permanence nationale du CNDD-FDD située dans la zone Ngagara de la commune Ntahangwa .Des membres du parti CNDD-FDD accompagnés par les taxis vélos, des pick- up policiers, des camionnettes des différents administrateurs de la mairie, ont commencé leur marche sur le rond point de l’ONU en direction du centre ville .Des hauts responsables du gouvernement avaient pris part à cette marche en l’occurrence le ministre de l’agriculture et de l’élevage ,l’assistant du ministre de l’intérieur et de la formation patriotique ,les députés et sénateurs élus dans la municipalité de Bujumbura, les administrateurs des différentes communes ainsi que les membres des conseils communaux.
Arrivés sur certains points comme devant le building abritant ECONET LEO, l’ambassade du Rwanda ,la place des échangeurs de billet ,la galerie de l’idéal ainsi que le bâtiment abritant la radio BONESHA FM , les manifestants devaient y faire un sit in et le modérateur rappelait chaque fois le rôle ou le comportement joué par les occupants de ces maisons ou endroits pendant la période des manifestations de 2015 :
1 Devant ECONET LEO, le modérateur a fait savoir que les dirigeants de cette compagnie faisaient partie des bailleurs du mouvement insurrectionnel déclenché le 26 /4/2015 et a demandé aux manifestants de scandés des chansons comme « ya coup d’Etat irihe ? (où est le coup d’Etat).
2 Le Rwanda est accusé d’avoir préparé le coup d’Etat en complicité avec certains pays ainsi que certains burundais. D’où les chansons « TUZORURWANA KANDI TURUNTSINDI » (nous allons participer à la guerre et vaincre), haragezekotujaguhabuzainjavyi KAGAME yagizeimbohe(il est temps d’aller récupérer ceux qui ont été pris en otage par KAGAME) ainsi que l’hymne nationale ont été scandés.
3 Les échangeurs de billets communément appelés abavunjayi sont accusés d’avoir dansé et se lancé des billets en devise le jour du coup d’état.
4 Les occupants de la galerie de l’idéal sont accusés d’être des militaires rwandais qui avaient été déployés par Kagame pour attaquer le pays mais le modérateur se réjouit que beaucoup ont été chassés même si il yaquelques uns qui se cachent toujours.
5 La radio BONESHA FM est accusé d’avoir donné la parole à Niyombare lorsqu’il annonçait le coup d’état contre Nkurunziza.Selon le modérateur et d’ajoute qu’ils viennent à cet endroit pour y célébrer la levée de deuil définitive des coups d’Etat au Burundi.
Le modérateur est revenu sur le coup d’Etat de 1976 contre le président Micombero tout en se moquant de lui car il n’a pas pu retourner et détourner le coup d’état comme l’a fait Nkururunziza en 2015.
Arrivés à la place de l’indépendance, les manifestants scandés des chansons de soutien à Nkurunziza avec des mains en haut, le modérateur demandait à tout participant de veiller sur celui qui ne lève pas sa main pour connaitre ce qu’il est et pour qui il roule.

Durant toute la marche, le modérateur devrait répéter les mots inscrits sur les différentes pancartes comme la demande au gouvernement de considérer la journée du 13 /5 comme une date commémorative nationale, de nommer une route « avenue du 13 Mai » en mairie de Bujumbura, de réviser la constitution dans les meilleurs délais afin de se conformer aux doléances de la population exprimées à travers la CNDI.

Arrivée à la place de l’indépendance, le mot de circonstance a été prononcé par l’Assistant du Ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Térence Ntahiraja.
Mr Ntahiraja a d’abord remercié le Dieu qui a crée le Burundi, le président Nkurunziza qui a sauvé le pays et qui continue à tenir tête devant les pressions de certains pays occidentaux .Il a aussi remercié les pays comme la chine, la Russie et l’Angola qui continuent de défendre les intérêts du Burundi au conseil de sécurité en utilisant leur droit de veto.
Aussi, Il n’a pas oublié de remercier la population de Bujumbura d’avoir répondu à l’appel lancé par les autorités avant de revenir sur les différentes tragédies qui ont caractérisés l’histoire du pays .Il est revenu sur le rôle de certains pays comme la Belgique et le Rwanda ,accusés d’avoir participer à tous les événements malheureux qu’a connu le Burundi à commencer par l’assassinat du prince Louis Rwagasore, l’assassinat du premier Ministre Pierre Ngendandumwe ,les tragédies de 1972 ,les massacres de 1988 à Ntega et Marangara ,l’assassinat du président Ndadaye Melchior et ses compagnons, le lancement des grenades après les élections de 2010 ,le refus de participer aux élections de 2015,l’organisation du mouvement insurrectionnel de 2015 ainsi que différentes attaques en provenance du Rwanda.
A Cankuzo, une mobilisation générale a commencé Vendredi 12 Mai 2017 à partir de 13 heures où à bord d’une camionnette de la Direction Provinciale de l’Agriculture et de l’Elevage « DPAE », des chassons retentissaient d’une radio. Samedi, le 13 Mais 2017, alors des bagumyabanga venus de toutes les communes sont arrivés très tôt le matin au chef lieu de la province Cankuzo. De 6 heures à 7 heures, certains imbonerakure portaient de petites houes (Ifuni) et des gourdins comme armes blanches et circulaient dans la ville de Cankuzo .Vers 8heures, les manifestants se sont rassemblés devant la permanence du CNDD-FDD et se sont dirigés vers le stade où ils ont effectués des travaux communautaires. Ces derniers portaient des habits du parti alors que le communiqué les interdisait de porter les signes du parti.

Figure6 : Les manifestants de Cankuzo
Après les travaux communautaires, ils ont entamé les manifestations où on pouvait entendre comme slogan « Bamwebakamishaibizigabaramaramaye,bamwebizigiraamakungubaramaramaye,bamwebahunga amahoro baramaramaye »(Ceux qui vivent des cadavres ont été humiliés, ceux qui comptent sur la communauté internationale ont été humiliés, ceux qui ont fuit la paix sont humiliés » Et sur les pancartes, ils s’insurgeaient contre le communauté internationale et le Rwanda. En pleine manifestation, on s’est insurgé également contre tout ceux qui ne participent pas dans les manifestations et qualifiés comme opposants de taille (abakeba) . La police leur obligeait tantôt d’adhérer au défilé tantôt de vider les lieux.

Figure7:Quelques mots écrits sur les pancartes

Figure8:La population observe les manifestants
En pleine manifestation également deux hommes en tennis civiles portaient des fusils de types karachinicov et des couteaux.
Un discours en provenance du bureau national du CNDD-FDD a été lu par NakumuryangoPierre Claver, conseiller principal du gouverneur de Cankuzo empêché.
Dans ces festivités, y avait pris part tous les Parlementaires et sénateurs du CNDD-FDD élus à Cankuzo, tous les Administrateurs, tous les cadres ressortissant du CNDD –FDD et œuvrant dans d’autres Provinces, certaines associations de la société civile tels que ONELOPE- BURUNDI, Ligue IZERE, AJAP et CODIPE. Les membres de ces associations portaient les uniformes de leurs associations.
A Gitega, les manifestations ont été organisées par le Gouverneur de la province et se sont déroulées au chef lieu de la commune Buraza mais le taux de participation était faible. Les slogans étaient les même que dans les autres provinces.
Dans son discours, le gouverneur de la province Gitega venant Manirambona a demandé à la population de Buraza de constituer un bloc impénétrable pour lutter contre les ennemis du pays .Il a saisi l’occasion pour remercier les forces de l’ordre ayant déjoué le coup d’État du 13 mai 2015 et a demandé que la journée du 13 mai soit une journée mémorable au Burundi, journée symbole de la démocratie consolidée au Burundi.
A Muyinga, le rassemblement a commencé aux environs de 8heures au rond-point de Mukoni, lieu qui semble avoir été actuellement choisi pour le début des manifestations. Petit à petit,les gens sont venus sur le lieu de rassemblement et le nombre croissant de minute en minute.Le départ pour le centre ville a eu lieu à 10h30 min. Des chansons vantant la bravoure de Pierre Nkurunziza, président de la république (ex : ya coup d’Etat, ya coup d’Etat irihe ?(où est le coup d’Etat ?) étaient jouées ou chantées pour animer la marche. Des slogans comme PeteroNkurunziza ,komerakw’ivolant‼PeteroNkurunziza,tuzomutora,intwaroz’agahotoro,turaziyamirije‼intwaroz’amagaburanyamaturaziyamirije‼igisoda c’uburundi,komera ‼igipolisi c’uburundi,komera‼basesankuyoze,turabiyamirije‼,…(Pierre Nkurunziza,reste au volant, PiereNkurunziza,nous allons élire, nous insurgeons contre les gouvernements dictatoriaux, nous sommes contre les gouvernements de partage de viande, l’armée et la police restent fortes, nous sommes contre les troubles de guerre…) étaient également entonnés. La manifestation s’est arrêtée aux alentours de la permanence du parti CNDD-FDD près du chef-lieu de province où le mot de circonstance a été prononcé par Madame le gouverneur de province.
Dans son discours, Madame le gouverneur de province Madame Aline Manirabarusha est revenue sur les événements du 13 /5/2015 qui ont failli endeuiller le pays en lui ôtant de ses institutions démocratiquement élues n’eut été le miracle du Tout-puissant qui a déjoué le coup en faisant échouer le putsch que les ennemis du pays ont tenté. Elle a rappelé aux participants que cette date doit rester inoubliable dans les mémoires de tous ceux qui sont épris de paix et de démocratie pour notre pays car elle marque la victoire de la population et de ses institutions de défense et de sécurité. Elle a également ajouté que ce qui s’est passé à cette date devrait servir de leçon à ceux qui croient qu’ils peuvent accéder au pouvoir par un coup de force. Une telle tendance correspond à une période dépassée car actuellement, la population est vigilante et sait ce qui lui convient et elle est prêt à le défendre a-t-elle ajouté.
A Ngozi comme, les manifestations se sont déroulées au chef lieux de la province avec les même slogans et chansons qu’ailleurs. La particularité pour la province Ngozi est que dans son allocution, le gouverneur AlebertNduwimana a révélé que le coup d’Etat était organisé par la Belgique, le Rwanda et l’Union Européenne et a remercié la Commission Electorale Nationale Indépendante et l’EAC pour leur comportement. Il a révélé aussi que le mandat n’était qu’un prétexte pour les putschistes.
A Bururi, les manifestations se sont déroulées comme ailleurs sous la conduite du gouverneur de la province.

Figure9 : La population de Bururi autour du Gouverneur
5. Manifestation du 26 et 27 en province Ngozi
Vendredi,26 mai 2017, le CODIB a organisé une marche manifestation au chef lieu de la province Ngozi. Selon le représentant du CODIB, l’objectif de la manifestation était de remercier les Présidents Tanzaniens et Ougandais de la position prise de soutenir le Burundi.Les manifestants scandés des slogans qui remercient l’EAC en particuliers les chefs d’Etats qui avaient pris part au sommet des chefs d’Etat tenu à Dar es Salaam le 20 mai 2017.
Samedi,27 mai 2017,les jeunes de la ligue du CNDD-FDD Imbonerakure des communes Ruhororo ,province Ngozi et ceux de la commune Muhanga de la province Kayanza ont organisé une marche manifestions d’intimidation au site des déplacés de Ruhororo ,Ce dernier est occupé par les rescapés des massacrés de 1993.Les jeunes imbonerakure ont sillonné tout le site en chantant et dansant les chansons d’intimidation comme « Ni murekepresidawacu,ibipingatuzobopingura (laissez notre président ,on va redresser ceux qui ne sont pas avec nous) .La marche a durée près de 2heures ce qui a fait peur aux déplacés et ont l’inquiétude sur leur sécurité.

Figure10 : Les déplacés observent impuissamment

Figure 11 : Les jeunes imbonerakure manifestent au site de Ruhororo
6. Conclusion
Les manifestations organisées à travers tout le pays chaque samedi ou lorsqu’il y a un rapport qui dénonce les exactions commises par le pouvoir n’ont que le seul objectif de canaliser la population autour d’une seule idéologie du parti CNDD-FDD et d’instaurer la terreur sur tout le territoire .Ces manifestations font perdre le temps à la population d’autant plus que la population passe des heures et des heures dans les rues sans vaquer à leurs activités. L’économie qui était agonisante en souffre davantage. A côté du temps, la population va dans ces manifestations à contre cœur sans en être convaincue. Le gouvernement ou les autres organisateurs font montrer à la communauté nationale et internationale que toute la population adhère à ces manifestations mais à travers les images on aperçoit que des fois la population manifeste un signe de mépris.
7. Recommandations
Le gouvernement doit :
1 Ouvrir l’espace public à tous les citoyens
2 Garantir la sécurité de tout le peuple burundais
3 Laisser la population burundaise vaquer à leurs activités
4 Bannir les discours de la haine
5 Bannir les discours qui discréditer les autres pays et les institutions internationales

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.