rcpburundi.org

Par la probité et le civisme battissons un Burundi meilleur

Accueil > nouvelles > Communiqué de presse sur la suspension de dix (10) organisations non (...)

Communiqué de presse sur la suspension de dix (10) organisations non gouvernementales au Burundi

samedi 25 février 2017, par webmaster

Le Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’homme en Afrique, Mme Reine Alapini-Gansou, exprime sa profonde préoccupation face à la suspension de dix (10) organisations non-gouvernementales (ONG) par le gouvernement du Burundi.

Selon les informations que nous avons reçu, le 23 Novembre 2015, le ministre de l’ Intérieur du Burundi a publié le décret n °. 530/1597 suspendant dix (10) ONG travaillant pour la protection des droits de l’ homme.

We have been informed that this suspension is related to an investigation on allegations of inciting violence during Burundi’s recent periods of instability.
Nous sommes préoccupés par les conséquences négatives qui pourraient découler de cette décision de suspendre Forum pour le RENFORCEMENT de la Société Civile (FORSC), Forum pour la Conscience et le Développement (FOCODE), Action des Chrétiens Pour l’abolition de la torture (ACAT ), Association pour la protection des personnes DÉTENUES et les Droits de l’Homme (APRODH), Parole et action pour le Réveil des consciences et l’Evolution des Mentalités (PARCEM), Amicale des Militaires en non Activité (AMINA), Fontaine Isoko de la Bonne gouvernance.

Pour un Développement Integré (FONTAINE-Isoko), Synergie des Partenaires pour la Promotion des Droits de la Femme (SPPDF), Réseau des Citoyens Sondes (RCP) et de l’ Association Maison Shalom (Maison Shalom) .Nous sommes en outre préoccupés par les allégations persistantes de harcèlement contre les défenseurs des droits de l’ homme par les forces de sécurité burundaises.

Le Rapporteur spécial note que tous les dix (10) organisations de droits humains sont des groupes bien connus, et un certain nombre d’entre eux, comme l’ APRODH sont dirigés par des célèbres défenseurs des droits de l’ homme tels que Pierre Claver Mbonimpa, qui a survécu à une tentative d’assassinat en Août 2015 et le meurtre de deux membres de la famille en représailles pour son travail en tant que défenseur des droits humains.

Le Rapporteur spécial condamne ces pratiques qui constituent clairement des violations des droits de l’homme et du droit humanitaire, et rappelle au gouvernement du Burundi de ses obligations en vertu de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme, le Grand Bay et déclarations de Kigali, ainsi que d’autres instruments juridiques internationaux ratifiés par la République du Burundi.
Le Rapporteur spécial demande à l’État du Burundi à :
o Abroger le décret ministériel 530/1597 et d’ abandonner des poursuites contre les dix (10) organisations non gouvernementales afin de leur permettre de travailler librement ;
o Prendre des mesures pour mettre un terme immédiat à l’intimidation et le harcèlement des défenseurs des droits de l’ homme au Burundi.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.